Gaullisme

On peut s’étonner que ce site traite à la fois du grand paysage et du gaullisme mais il faut rappeler que si le général de Gaulle avait bien compris la nécessité de mener une politique vigoureuse en matière d’aménagement du territoire y compris sous son aspect paysager. Il faut se souvenir d’ailleurs qu’il avait créé la Section du paysage et de l’art des jardins créée à l’École nationale d’horticulture en 1945. Mais il n’avait pas en la matière les compétences d’un Napoléon III. Il en a confié son élaboration et sa mise en œuvre à des personnalités qui pas plus que lui n’avaient ni formation, ni culture en matière d’urbanisme ou de grand paysage. Elles ont rejeté les idées du passé car elles pensaient que le monde nouveau exigeait des solutions qui n’avaient jamais été imaginées avant. Leur action a été sur les principes d’aménagement par zones fonctionnelles promus par Le Corbusier(1887-1965). Les reponsables estimaient que le seul vrai problème était lié au droit des sols. C’est ainsi qu’a été élaborée la loi d’orientation foncière (LOF) qui finalement demeure le fondement d’un urbanisme à la française qui est un échec. Cet échec se traduit par le développement d’entrées de ville hideuses, polluées par une prolifération de panneaux publicitaires, environnées de zones commerciales hétéroclites déconnectées des cœurs de ville ; de ce fait elles sont difficilement accessibles à pied par les habitants des zones d’habitation ce qui complique particulièrement la vie des plus pauvres. Au lieu de promouvoir un véritable art urbain a été consolidé l’absurde système de zonage imaginé par Le Corbusier qui fractionne les agglomérations en zones d’habitation, industrielles, artisanales, commerciales ayant chacune ses règles propres qui fixent en particulier des droits à construire, source de nombreux conflits d’intérêts. Au lieu de faire la ville on délimite des zones ! Des fonctionnaires, souvent sans culture urbanistique, ont enraciné ce système dans le labyrinthe de textes et transformé les urbanistes en supplétifs de l’Administration.